La France est-elle exposée au risque protectionniste?

La France est-elle exposée au risque protectionniste ?


 

couverture livre
Préface de Louis Gallois

Alsif Anne-Sophie

Diplômée de Sciences Po Paris ; titulaire d’un master en économie internationale de l’université Paris Dauphine, et d’un doctorat en sciences économiques de l’École des Hautes Études en Sciences sociales, Anne-Sophie a débuté sa carrière au sein d’un fonds d’investissement. Elle a, par la suite, travaillé au département des politiques économiques de la Chambre de commerce de Paris. Elle rejoint le Ministère des Affaires étrangères en 2013 au sein de la direction des entreprises et de l’économie internationale puis le Cabinet du Secrétaire d’État aux Affaires européennes en tant que conseillère en charge des questions économiques, financières et commerciales. En 2017, elle intègre le département économie de France Stratégie. Depuis juin 2018, elle est chef de projet à la Fabrique de l’industrie.

Charlet Vincent

Après une formation d’ingénieur, Vincent Charlet s’est consacré à l’analyse des systèmes publics et à la conduite du changement.
Il a d’abord participé, à divers titres, aux réflexions et démarches visant à rénover le système de recherche et d’innovation en France (évaluation, construction d’indicateurs, prospective) pour ensuite contribuer à la mise en place du projet FutuRIS, opération prospective soutenue à parité par les grands acteurs privés de la R&D, les établissements publics de recherche et l’Etat. Il en a été le directeur de 2006 à 2011.
A partir de 2011, il a participé à la création de La Fabrique de l’industrie, think tank dont il est le directeur. Fondée par l’UIMM, le Cercle de l’industrie et le GFI, La Fabrique réalise et diffuse des analyses robustes et équilibrées sur le fonctionnement et les perspectives de l’industrie.

Lesniak Clément

Titulaire d’un master en macroéconomie et politiques européennes de l’Université de Strasbourg, Clément Lesniak est doctorant à l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux. Ses travaux portent sur l’impact économique du Canal Seine Nord Europe sur le développement régional. Il a été chargé d’études à La Fabrique de l’industrie et co-auteur de la Note 29 “La France est-elle exposée au risque protectionniste?”


Editeur : La fabrique de l'industrie
Isbn : 78-2-35671-591-3
Nombre de pages : 76
Prix : 22 €
Parution : octobre 2019

Présentation éditeur :

 

Par Anne-Sophie Alsif, Clément Lesniak et Vincent Charlet
Le 02/10/2019
Mondialisation, économie et benchmarks

L’arrivée au pouvoir de Donald Trump sur la base d’un programme souverainiste, les annonces de hausse des droits de douane sur de nombreux produits ou encore la dénonciation des pratiques commerciales chinoises ont remis sur le devant de la scène la question du protectionnisme et de ses conséquences sur le commerce international.
Dans ce contexte, notre Note se propose d’analyser comment la France est exposée au risque protectionniste en examinant l’insertion de nos entreprises industrielles dans les chaînes de valeur mondiales.

Notre publication rappelle les effets négatifs du protectionnisme sur la croissance mondiale et sur le commerce entre États : ce sont des constats scientifiquement établis de longue date auxquels nos résultats apportent un éclairage intéressant. Avant tout, la Chine occupe dans le tableau mondial un statut tout à fait à part. Elle parvient à prendre pied dans les chaînes de valeur mondiales en tant que fournisseur des marchés extérieurs, tout en augmentant rapidement sa capacité d’autosuffisance.

Dans le reste du monde, et notamment en France et en Europe, une fois écartées les variations de prix des ressources énergétiques, on ne détecte pas à ce jour de ralentissement de la mondialisation ni de l’activité des chaînes de valeur industrielles. En outre, il faut rappeler que les économies européennes sont fortement intégrées entre elles, dans une zone stable et de libre marché. Les industries françaises et européennes tirent à l’évidence parti de leur insertion mondiale. S’il convient de parler de risque protectionniste et, plus encore, s’il convient de chercher les outils d’une réciprocité commerciale, c’est essentiellement vis-à-vis de la Chine que la question se pose.

 Cette publication permet de comprendre les forces et faiblesses de la stratégie européenne face à la concurrence internationale et à la montée des tensions commerciales.

La note en version PDF